Atelier Bellini Paris

~ Atelier Bellini Paris ~

Photo de Sam Szafran qui a créé l'Atelier Bellini à Paris

Sam Szafran, pseudonyme de Samuel Berger, né à Paris le 19 novembre 1934, est un artiste français. Il vit et travaille à Malakoff.

Fils aîné de parents émigrés Juifs polonais, il passe les premières années de son enfance dans le quartier des Halles à Paris.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il échappe à la rafle du Vélodrome d’Hiver et se cache dans un premier temps chez des paysans dans le Loiret, puis à Espalion, Aveyron, dans une famille de républicains espagnols. À l’âge de dix ans, il est brièvement interné au camp de Drancy d’où il sera libéré par les Américains.

Alors que son père et une grande partie de sa famille ont été massacrés dans les camps nazis, il est envoyé en 1944 par la Croix-Rouge à Winterthur en Suisse, où il est accueilli par la famille Halberstadt. En 1947, il part avec sa mère et sa sœur à Melbourne en Australie, chez un oncle.

À son retour en France en 1951, totalement autodidacte, il suit quelques cours du soir de dessin dans les écoles de la Ville de Paris et mène une existence particulièrement rude et précaire.

Il épouse en 1963 Lilette Keller, née à Moutier (Jura suisse). Elle donne naissance à leur fils Sébastien l’année suivante. Depuis 1974, la famille réside à Malakoff. Il fait d’une ancienne fonderie son Atelier Bellini.

Peintre, dessinateur, pastelliste et graveur autodidacte, il se définit lui-même comme un “miraculé”.

Au début des années 60, il se lie d’amitié avec Alberto Giacometti et entre à la galerie Claude Bernard.

Dans les années 70, il adhère un temps au groupe Panique (fondé par Arrabal, Topor et Jodorowsky). Il rencontre aussi Henri Cartier-­Bresson, Martine Franck, Raymond Mason et commence sa série des “Ateliers”, puis des “Escaliers”.

Au milieu des années 80, il reprend ces thèmes dans de grandes aquarelles.

Les premières rétrospectives de son œuvre ont lieu en 1999, à la fondation Gianadda à Martigny, à la fondation Maeght à Saint-­Paul-­de-­Vence, puis, en 2000, grâce à Jean Clair et Daniel Marchesseau, au Musée de la vie romantique.

Sam Szafran est depuis une dizaine d’années un des cinq artistes français les plus cotés.

Source : https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Sam_Szafran
Source : http://prussianblue.fr/chez-sam-szafran-latelier-comme-jardin-clos/

Atelier de Lithographie de Sam Szafran Atelier Bellini Paris

Atelier de Lithographie de Sam Szafran Atelier Bellini Paris

******
ENGLISH VERSION

Sam Szafran, pseudonym of Samuel Berger, born in Paris on November 19, 1934, is a French artist. He lives and works in Malakoff.

He was the eldest son of emigrated Polish Jewish parents, and spent the early years of his childhood in the district “Les Halles” of Paris.

During the Second World War, he escaped the roundup of the Winter Velodrome and initially hides among peasants in the Loiret, then in Espalion, Aveyron, in a family of Spanish Republicans. At the age of ten, he was briefly interned at the Drancy camp from where he was released by the Americans.

While his father and a large part of his family were massacred in the Nazi camps, he was sent in 1944 by the Red Cross in Winterthur, Switzerland, where he was welcomed by the Halberstadt family. In 1947, he left with his mother and sister in Melbourne, Australia, with an uncle.

On his return to France in 1951, totally self-taught, he attended a few drawing evening classes in the schools of the City of Paris and led a particularly harsh and precarious existence.

He married Lilette Keller, born in Moutier (Swiss Jura) in 1963. She gave birth to their son Sébastien the following year. Since 1974, the family lives in Malakoff. He made a former foundry his Atelier Bellini.

Painter, draftsman, pastel artist and self-taught engraver, he defined himself as a “miracle”.

In the early 1960s, he became friends with Alberto Giacometti and entered the Claude Bernard Gallery.

In the 1970s, he joined the Panic group (founded by Arrabal, Topor and Jodorowsky). He also met Henri Cartier-Bresson, Martine Franck, Raymond Mason and began his series of “Ateliers”, then “Escaliers”.

In the mid-1980s, he took up these themes in large watercolors.

The first retrospectives of his work took place in 1999, at the Gianadda Foundation in Martigny, at the Maeght Foundation in Saint-Paul-de-Vence, and in 2000, thanks to Jean Clair and Daniel Marchesseau at the Musée de la vie romantique .

Sam Szafran has been one of the top five French artists for already over a decade.

Atelier Cassé Paris

~ Atelier Cassé Paris ~

Après des études à l’Ecole des Beaux-Arts à Paris puis la gestion d’une librairie d’avant-garde à Vichy, Michel Cassé vient à Paris en 1954 pour s’occuper d’un atelier de lithographie où viennent travailler Bryen, Corneille, Gillet, Hartung, Manessier, Matta, Dubuffet…

Il crée son propre atelier en 1959, lance ses premières éditions en 1963 tandis que son épouse met sur pied une galerie attenante en 1968.

A partir de 1971, toutes ces activités son transférées au 10 rue Malher où les artistes viennent travailler essentiellement sur pierre.

Source : http://www.centredelagravure.be/fr/contributors/14808-michel-casse-lithographe

******
ENGLISH VERSION

After studying at the Ecole des Beaux-Arts in Paris and then managing an avant-garde bookshop in Vichy, Michel Cassé came to Paris in 1954 to attend a lithography workshop where Bryen, Corneille, Gillet, Hartung, Manessier, Matta, Dubuffet came to work…

He created his own studio in 1959, launched his first editions in 1963, and his wife set up an adjoining gallery in 1968.

From 1971, all these activities were transferred to 10 rue Malher where the artists come to work mainly on stone.

Atelier Mourlot Paris

~ Atelier Mourlot Paris ~

Photo de Fernand Mourlot

Fernand Mourlot est un maître-imprimeur lithographe, né à Paris le 5 avril 1895 et mort le 4 décembre 1988 dans la même ville.

Parmi les artistes qu’il a régulièrement accueillis dans son atelier figurent Matisse, Fautrier, Dubuffet, Picasso, Buffet, Miro, Chagall, Braque, Giacometti, Calder, Raoul Dufy, Saul Steinberg, Paul Jenkins, Utrillo, Van Dongen, Vlaminck, Maurice Estève, Roberto Matta, Pierre Alechinsky… Il fréquenta par la même occasion de nombreux poètes et écrivains comme Aragon, Éluard, Jacques Prévert, Colette, Jean Paulhan, Francis Ponge…

Il a collaboré avec l’éditeur Tériade pour la revue Verve, pour laquelle il a imprimé de nombreuses couvertures et lithographies originales, en particulier les deux volumes de la Bible de Chagall.

Son premier atelier est 18 rue de Chabrol, dans le Xe arrondissement de Paris, atelier que son père imprimeur, Jules Mourlot, avait acquis en 1914 à l’imprimeur Bataille.

En 1960, il déménage rue Barrault, au pied de la Butte-aux-Cailles, dans le XIIIe arrondissement puis s’installe finalement en 1976 à Montparnasse, 49 rue du Montparnasse.

Dans son livre “Gravés dans ma mémoire”, il raconte sa vie d’imprimeur et ses rencontres avec les artistes.

Source : https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Fernand_Mourlot

Site consacré à Fernand Mourlot http://mourlot.free.fr/index.html

Atelier de Lithographie de Fernand Mourlot vers 1950
Photo de l'Atelier de Lithographie de Fernand Mourlot vers 1950

******
ENGLISH VERSION

Fernand Mourlot is a master lithographer, born in Paris on April 5, 1895 and died on December 4, 1988 in the same city.

Among the artists he regularly welcomed in his studio were Matisse, Fautrier, Dubuffet, Picasso, Buffet, Miro, Chagall, Braque, Giacometti, Calder, Raoul Dufy, Saul Steinberg, Paul Jenkins, Utrillo, Van Dongen, Vlaminck Estève, Roberto Matta and Pierre Alechinsky. He also frequented many poets and writers such as Aragon, Éluard, Jacques Prévert, Colette, Jean Paulhan and Francis Ponge.

He collaborated with the publisher Tériade for the magazine Verve, for which he printed many original covers and lithographs, especially the two volumes of the Chagall Bible.

His first studio was 18 rue de Chabrol, in the 10th arrondissement of Paris, which his father, Jules Mourlot, had acquired in 1914 from the printer Bataille.

In 1960, he moved to the Rue Barrault, at the foot of the Butte-aux-Cailles, in the 13th arrondissement and finally moved to Montparnasse in 1976, 49 rue du Montparnasse.

In his book “Engraved in my memory,” he recounts his life as a printer and his encounters with artists.

L’Histoire des différents Ateliers d’Imprimerie Parisiens

J’ai appris beaucoup de choses sur Robert depuis que je fais des recherches sur les lithographies qu’il a laissé derrière lui.

Il a travaillé pendant plusieurs années pour différents Ateliers d’Imprimerie Parisiens comme Mourlot, Cassé et Bellini.

Mais quelle est leur Histoire ?

Je vais essayer de répondre à cette question.

******
ENGLISH VERSION

I learned a lot about Robert since I researched the lithographs he left behind.

He worked for several years for various Parisian Printing Workshops such as Mourlot, Cassé and Bellini.

But what is their History?

I will try to answer that question.

Une façon de faire

Je n’ai pas spécialement de marque, mais plutôt une façon de faire.
Toutes les lithographies que j’ai ont été réalisées par mon beau-père ou acquises par lui.
Robert a travaillé pour plusieurs ateliers parisiens de lithographie et d’imprimerie, des sociétés de publicité plus ou moins connues, et d’autres choses encore. Il a eu ses propres ateliers (cf les photos). La lithographie a été réalisée par Robert d’après une oeuvre de Rey. Il a gardé la pierre une fois l’impression finie. C’est un bon souvenir.
Je garderais bien tous ces trésors, mais je préfère qu’ils aient la chance d’être exposés plutôt que rester dans leurs cartons… 🤗😙

******
I do not have a special brand, but rather a way of doing things.
All lithographs I have were made by my stepfather or acquired by him.
Robert has worked for several Parisian workshops in lithography and printing, advertising companies more or less known, and other things. He had its own workshops (see photos on the picture). The lithograph was made by Robert from a work by Rey. He kept the stone once the print was over.
It’s a good memory.
I would keep all these treasures, but I prefer that they have the chance to be exposed rather than stay in their jackets. 🤗😙

Quelques trésors que j’ai retrouvé

J’ai retrouvé quelques trésors qui vont ensemble.

Des pierres lithographiques avec les oeuvres encore dessus, ainsi que les lithographies qui en ont découlées.
Les dessins étaient fait à l’envers sur les pierres, pour pouvoir ressortir dans le bon sens lors de l’impression.

20151104_163455 20160528_204556
20151207_115627 20150919_193447

Le commencement d’une aventure…

Bienvenue !

Tout ceci est nouveau pour moi. C’est ma toute première vraie boutique à moi, rien qu’à moi 🙂

Robert était un lithographe hors pair. Baladez-vous dans les différentes catégories de la boutique pour faire connaissance avec les trésors qu’il a réalisés ou qu’il a acquis.

Ses lithographies sont de vrais trésors. Il a travaillé pour beaucoup d’ateliers renommés tels que Bellini, Cassé, Mourlot et bien d’autres. Ainsi que pour des sociétés de publicité tels Publicis.

Si vous avez une question, n’hésitez pas à me contacter avant de passer commande via le formulaire de contact.

Bonne visite.

************

ENGLISH VERSION

Welcome !

All this is new to me. It’s my very first real shop, just mine 🙂

Robert was an outstanding lithographer. Stroll through the different categories of the shop to get to know the treasures he has made or acquired.

His lithographs are real treasures.
He has worked for many renowned workshops such as Bellini, Cassé, Mourlot and many others. As well as for advertising companies such as Publicis.

Please contact me if you have any questions prior to making a purchase through the contact form.

Good visit.